Frank Mallet

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

"Monique Tello peint depuis 1979, mais ses toiles ses papiers ses dessins à l'encre et gravures préexistaient déjà avant le geste, comme un langage de signes, une écriture abstraite de formes et de corps, en réserve du néant.
(…)
La topologie du tableau prime - « le dessin des blancs », « l'importance des limites », et les « intervalles » - et cristallise la couleur dans les toiles, comme elle le définit le mouvement dérapé du dessin. Dés lors, s'anime une géographie voluptueuse des corps, un paysage fantôme dans la bourrasque ; «  c'est une colère qui vivifie » dit Monique Tello, qui apprécie dans la musique de Berg et Zappa l'éclatement des matériaux «  classiques » et la manière dont la mémoire est réactivée. Il y a du réactif vivant chez elle."

Frank Mallet        2004  extrait Art Press n°303